ParisMonde

Bruxelles

Bruxelles est une agglomération qui s’étend au-delà des limites administratives de la Région de Bruxelles-Capitale, et au centre de laquelle se trouve la ville de Bruxelles proprement dite. La plupart des institutions de l’Union européenne, ainsi que de nombreuses organisations internationales, dont l’OTAN, ont leur siège en Région de Bruxelles-Capitale. Par extension, on dit donc « Bruxelles » pour désigner, en général et par métonymie, les institutions européennes (le plus souvent, la Commission européenne). Par la présence de celles-ci, Bruxelles est souvent dite « capitale de l’Europe ».


ÉCONOMIE

Bruxelles offre la vision d’une ville prospère. De nombreux commerces la parsèment, cafés, restaurants, traiteurs, chocolatiers, grands magasins tels Inno-BM et sa galerie de la rue Neuve, une des artères les plus commerçantes d’Europe, mais aussi les grandes enseignes telle les grands magasins Colruyt, Delhaize ou encore Carrefour. Ces commerces sont ouverts jusqu’à 20 heures tous les jours et 21 heures le vendredi. Ils sont fermés un jour par semaine qui est laissé au choix et qui est, le plus souvent, le dimanche. Mais ils sont ouverts le dimanche dans le centre-ville touristique délimité par les boulevards de la petite ceinture intérieure.

Cette apparente prospérité s’explique par la présence d’une population aisée, voire riche, formée par la bourgeoisie locale ainsi que les nombreux cadres des institutions internationales et leur cortège de lobbys. Cependant, Bruxelles est une ville où s’accroissent les phénomènes de dualisation et de paupérisation, le chômage y compte 110.875 unités (à la fin de novembre 2012), majoritairement des immigrés de première ou deuxième génération sans qualification ou dont les qualifications ne correspondent pas au exigences de plus en plus élevées sur le marché de l’emploi bruxellois sous l’influence de la nécessité d’emplois tertiaires très qualifiés (finance et administration avec des exigences linguistiques: bilinguisme et même trilinguisme). Le taux de chômage se stabilise à 20,8% avec 111.597 demandeurs d’emploi inoccupés en 2013, le taux de pauvreté étant de 26 % qui est le plus élevé du pays. Cette situation est la conséquence de l’évolution de Bruxelles vers un statut de fait qui l’a imposée, depuis la fin des années cinquante, comme une des principales villes d’affaires et de décisions d’Europe. Elle le doit à sa position géographique au centre le plus dynamique de l’Europe représenté par le Benelux et la Banane bleue, ce qui lui a conféré son statut de grand centre urbain d’autant plus qu’il en est résulté le développement d’un très dense nœud international de liaisons aéroportuaires, ferroviaires et routières. L’aéroport de Bruxelles National à Zaventem est connecté, au nord-est de la ville, au réseau ferroviaire de tout le pays et au réseau autoroutier. Bruxelles-Charleroi South Airport, au sud-est, est connecté au réseau autoroutier. Les ports de mer d’Anvers, de Gand et la zone industrielles de Charleroi délimitent un triangle économique au centre duquel le port Bruxelles, accessibles aux navires de mer de 4,500 tonnes et aux gros convois poussés de péniches, assure la liaison avec l’euregio industrielle d’Anvers et de Liège vers la Rhur et aussi vers la France. Avec ses fonctions de capitale multiple de la Belgique, de l’Europe et de l’OTAN (organisation du traité de l’Atlantique Nord), la ville est un centre politique d’importance nationale et internationale de première grandeur, ce qui, joint à sa position dans la partie la plus riche de l’Europe, explique qu’elle soit le siège de nombreuses sociétés, le tout constituant un réservoir d’emplois très qualifiés dominés par les activités tertiaires de pointe et, notamment, dans un dense réseau bancaire mondial. Ainsi, Bruxelles est reconnue ville mondiale dans de nombreux classements internationaux, entre autres celui du « Groupe d’Étude des Villes Mondiales » de l’université de Loughborough.


CULTURE

Outre ses nombreux monuments anciens et modernes — qui font l’objet d’une rubrique spéciale — Bruxelles offre des centres d’intérêts innombrables. La ville est un centre culturel important avec un opéra multi séculaire, une trentaine de théâtres, de nombreux cinémas et complexes multi-salles, des studios de prises de vues et de sonorisation, ainsi que les onze chaînes belges de télévision des deux langues représentées par des sociétés publiques et privées. En plus des chaînes de radios publiques et de radios libres. Outre Forest National et le Palais 12 voués au rock et à la chanson moderne, le Palais des beaux-arts — créé sur une conception de 1922 qui en a fait l’ancêtre de toutes les maisons de la Culture — se révèle être, à Bruxelles, un centre polyvalent de théâtre, cinéma, musique, littérature et expositions d’art plastique. Il s’y tient chaque année le concours Reine Élisabeth réputé dans le monde entier et consacré, d’année en année, tour à tour au violon, au piano, au chant et à la composition pour orchestre. En plus existent divers autres centres culturels (voir la liste), de grands musées comme les musées royaux d’art et d’histoire avec des sections consacrées à de nombreux pays, le Musée royal de l’Armée et d’histoire militaire avec ses armures, ses armements de plusieurs époques et son grand hall de l’aviation où sont suspendus de nombreux appareils militaires civils dont une Caravelle, l’Auto world qui présente toute l’histoire de l’automobile à travers des centaines de véhicules. Le Musée royal des Beaux-arts (musées d’art ancien et moderne), dont le musée Magritte inauguré en 2009, qui voisinent le musée des instruments de musique, réputé un des plus beaux au monde, le muséum des sciences naturelles avec son exceptionnelle collection de dinosaures et de baleines. De nombreux autres musées, petits et grands, sont encore consacrés aux sujets les plus divers (folklore, costumes, dentelles, etc.). On citera encore le Musée des chemins de fer Train World et ses locomotives et wagons depuis les origines.