ParisMonde

Berlin

Berlin est la capitale et la plus grande ville d’Allemagne. Située dans le nord-est du pays, elle forme un land (État fédéré) à part entière et compte environ 3,5 millions d’habitants. Ses habitants s’appellent les Berlinois. Berlin est la deuxième ville et la septième agglomération la plus peuplée de l’Union européenne. L’agglomération de Berlin s’étend sur 3 734 km2 et compte 4,4 millions d’habitants, et la région métropolitaine de Berlin-Brandebourg qui cumule les Länder de Berlin et de Brandebourg regroupe au total près de 6 millions d’habitants.

Fondée au xiiie siècle, Berlin a été successivement capitale du royaume de Prusse (1701-1871), de l’Empire allemand (1871-1918), de la République de Weimar (1919-1933) et du Troisième Reich (1933-1945). Après 1945 et jusqu’à la chute du Mur de Berlin en 1989, la ville est partagée en quatre secteurs d’occupation. Pendant la Guerre froide, le secteur soviétique de la ville, nommé Berlin-Est, est devenu la capitale de la République démocratique allemande, tandis que Berlin-Ouest était politiquement rattachée à la République fédérale d’Allemagne, devenant ainsi un bastion avancé du « Monde libre » à l’intérieur du Bloc communiste. Après la chute du mur, Berlin redevint, en 1990, la capitale de l’Allemagne alors réunifiée, et les principales institutions fédérales y emménagèrent en 1999.

Berlin est une ville mondiale culturelle et artistique de premier plan. La ville abrite 166 musées, 142 bibliothèques et 60 théâtres. En 2014, Berlin a accueilli 11,87 millions de visiteurs (+4,8 % plus qu’en 2013), dont 4,52 millions visiteurs étrangers (+5,2 %).

 

ÉCONOMIE

Après la chute du Mur, la suppression des subventions fédérales accordées à la partie ouest et la politique très ambitieuse du renouveau de Berlin fait croître l’endettement de la ville qui atteint 20,6 milliards d’euros en 1994. Il a fallu par ailleurs réunir les services publics ouest et est-allemands tout en réduisant par trois le nombre de fonctionnaires. Les investisseurs étrangers ne sont pas venus s’installer si vite que l’on avait espéré et les rentrées fiscales restent maigres, comparées aux dépenses concernant une population connaissant un fort taux de chômage. Beaucoup d’entreprises de Berlin-Est ont dû fermer pour manque de productivité. Toutefois, en 2007, Berlin a dégagé pour la première fois de son histoire un excédent budgétaire. La ville reste cependant fortement endettée (63 milliards en 2013), phénomène accentué par la baisse de sa population, qui donne lieu à moins de subsides ; en conséquence, malgré l’impression d’opulence devant le renouveau architectural de la ville dans les années 2000 et le système de péréquation financière dont bénéficie Berlin par rapport aux autres Länder, certains services publics sont réduits (moins d’entretien de voiries, piscines fermées, écoles moins aidées, etc.). Berlin est le Länder le plus pauvre d’Allemagne et en 2012 son taux de chômage (12,3 %) était deux fois plus élevé qu’au niveau national (6,80 %).

Avec un PIB de 88,1 milliards d’euros en 2009 (25 700 euros par habitant), la zone urbaine élargie de Berlin est la troisième d’Allemagne après celles de Munich et de Hambourg.

Historiquement, l’industrie a un poids important dans le développement économique de la ville. Des quartiers entiers sont nommés d’après des grands noms de l’industrie allemande, comme, notamment, Siemensstadt, bâti dans les années 1920 dans le quartier de Spandau pour les ouvriers de cette entreprise. Elle y a toujours son siège, contrairement à beaucoup d’autres sociétés berlinoises qui ont quitté la ville après la construction du Mur, par peur d’être coupées de leurs fournisseurs et de leurs marchés. Dans les années 1990, Berlin s’est largement désindustrialisée. La ville a perdu 45 % des emplois de ce secteur.

Si le secteur des services occupe une place croissante à Berlin, la fonction publique reste le premier employeur de la ville. Le développement du secteur tertiaire n’a d’ailleurs pas pu compenser le déclin industriel. La ville a ainsi perdu 20 % de sa population active et son taux de chômage était en 2008 de 15,5 %. Ce taux a baissé à 12,8 % fin 2010.

Seul le secteur touristique a tiré son épingle du jeu. Berlin est ainsi la ville la plus touristique d’Allemagne. En 2007, elle a accueilli 7,5 millions de visiteurs, avec environ 17,2 millions de nuitées. La fréquentation est d’ailleurs en nette augmentation depuis quelques années. Le secteur du tourisme représente aujourd’hui 255 000 emplois, pour un chiffre d’affaires brut de plus de 8 milliards d’euros.

Pour réduire les coûts administratifs et pour réintégrer Berlin à son voisinage, une initiative visant à regrouper les Länder de Berlin et de Brandebourg (avec sa capitale Potsdam) a été refusée en 1996 par les populations consultées par référendum. Ainsi, Berlin a dû affronter seule les défis économiques et politiques de la fin du xxe siècle, parmi lesquels la venue du gouvernement allemand.

 

CULTURE

Après la chute du mur de Berlin en 1989, de nombreuses maisons partiellement détruites pendant la Seconde Guerre mondiale et pas encore reconstruites se retrouvèrent au centre de Berlin. Elles se situaient dans le quartier de Mitte qui faisait partie de Berlin-Est. Ces lieux abandonnés en plein centre ville attirèrent beaucoup d’artistes et ils devinrent le sol fertile pour toutes sortes de cultures underground et autres contre-cultures. Des clubs s’y installèrent y compris le célèbre « Tresor », un des clubs techno les plus importants au monde. Il existe également de nombreux bunker que l’on peut visiter.

La réputation du clubbing berlinois est reconnue et enviée dans le monde entier grâce à des discothèques légendaires, tel le fameux Kitkatclub et, plus récemment, le Berghain, deux institutions mondialement connues pour leur programmation musicale combinée à une certaine liberté sexuelle de leur clientèle.

Ce développement culturel passe notamment par l’occupation d’immeubles désertés par des artistes alternatifs. L’exemple de la Tacheles Haus est sur ce point tout à fait remarquable. Berlin a donc une vie culturelle riche et très diverse. Spectacles et manifestations en tout genre sont nombreux. C’est une ville internationale, très ouverte et tolérante, multiculturelle. Berlin compte plus de 150 théâtres et autres scènes, plus de 175 musées et collections, environ 300 galeries, plus de 250 bibliothèques publiques, 130 cinémas et de nombreuses autres institutions culturelles. Avec un budget pour la culture de presque un milliard d’euros, Berlin fait partie des leaders internationaux.